bannière - Tous droits réservés
Bannière : Archives Départementales du Jura; cote Sp 3672; chemin de fer de Poligny à Crotenay - avant projet - carte au 1/80000eme - 25 février1890

Projets de lignes ferroviaires de Poligny à Champagnole et Bersaillin

Arbois à Montrond

Poligny à Champagnole : présentation des projets

Tous droits réservés Cette ligne de train à vapeur à voie normale ou de tramway (tacot) à voie métrique (appellation générique : voie étroite) a fait l'objet de 4 projets, entre 1880 et 1912.

Le projet initial est la suite logique - faisant partie d'un projet ambitieux - de la ligne de Dole à Poligny (classée d'intérêt stratégique), surnommée "ligne Jules Grévy". Le prolongement demandé jusqu'à Crotenay - avec embranchement au Fied en direction de Verges (1) - aurait constitué "la grande ligne internationale la plus directe entre Paris et Genève", selon le rapport de l'ingénieur en chef Picquenot. A Crotenay et à Verges, elle se serait raccordée à la ligne d'intérêt général de Lons-le-Saunier à Champagnole. Cette demande de prolongation comme ligne d'intérêt général ou stratégique a été refusée par les ministères en mai 1881.
(1) Image ci-dessus; archives Départementales du Jura; cote Sp 3672; reproduction interdite
Prolongement du chemin de fer de Dole à Poligny : Poligny-Crotenay et Le Fied- Verges

Le 27 août 1889, le Conseil Général demanda à l'ingénieur en chef de préparer, pour la session d'avril 1890, un aperçu sommaire de tracé reliant Poligny à Champagnole.
Les 19 et 20 décembre 1889, une reconnaissance sur le terrain est faite par M. Chabert entre Poligny et le sommet du premier plateau (l'Ecouvette).
Il écrit :

L'établissement de la ligne de Poligny à Crotenay ne paraît pas présenter de grandes difficultés entre Poligny et Miéry, mais entre Miéry et le petit plateau sur lequel est situé le petit hameau de l'Ecouvette, le tracé qui se développe à flanc de coteau incliné jusqu'à 2 de base pour un de hauteur, dans les marnes du Lias, nécessitera l'établissement de nombreux ouvrages d'assainissement, de consolidation des talus en déblai (2) et de soutènement des remblais (2). Sur le premier plateau dont le sous-sol est rocheux, et qui était encore couvert par une couche de neige de 0m20 d'épaisseur le 20 décembre, l'établissement de la ligne sera très facile.

Archives Départementales du Jura; cote Sp 3672; reproduction interdite
(2) chemin de fer de Poligny à Crotenay - avant projet - profils en travers types - 25 février 1890
(ci-dessous) chemin de fer de Poligny à Crotenay - avant projet - carte au 1/80000eme - 25 février1890
Tous droits réservés L'ingénieur ordinaire déposa en février 1890 une étude proposant un tracé en voie normale passant par Miéry puis sous Bougelier, contournant L'écouvette, passant au nord de Granges de Ladoye, puis entre Le Fied et Picarreau, enfin au sud de Besain pour traverser la côte de l'Heute par un souterrain de 620 mètres, soit un parcours de 23,930 kms à la jonction avec la ligne Lons - Champagnole, à Crotenay.
L'ingénieur en chef, dans son rapport au Conseil Général d'avril, conclut qu'il n'était pas utile de construire cette ligne. Elle avait été refusée comme ligne d'intérêt général par le gouvernement le 10 mai 1881. Le ministre de la guerre s'était opposé ensuite à son classement stratégique. Elle serait donc nécessairement classée d'intérêt local, ce qui représenterait beaucoup trop de dépenses pour le département, surtout qu'elle serait très peu rémunératrice.

Les projets en "ligne d'intérêt local" (voie métrique) :

Archives Départementales du Jura; cote Sp 3672; reproduction interdite
Ligne de Poligny à Champagnole - étude sommaire - extrait de carte au 1/50000eme - 23 mars 1900
Tous droits réservés Le premier - en 1900 - proposait un tracé sur route jusqu'à Buvilly, d'où il serait parti en déviation, se retournant vers le sud et grimpant le relief pour passer au-dessus de Poligny, sous Chamole et au nord de Chaussenans, pour rejoindre Molain qu'il contournait par le sud, traversant ensuite la route d'Arbois pour contourner Montrond par l'est. Il aurait ensuite suivi la route de Montrond à Champagnole, tantôt sur route, tantôt en déviation parallèle, avec des déviations à la sortie de Montrond, au nord d'Ardon et à l'entrée de Champagnole. [ plan du dernier tronçon ]
Cet itinéraire avait la préférence de l'ingénieur en chef, car il évitait les terrains difficiles du tracé décrit en 1890 dans la montée au dessus de Miéry, composés de marnes argileuses instables nécessitant d'importantes consolidations et assainissements (3).

Archives Départementales du Jura; cote Sp 3672; reproduction interdite
(3) chemin de fer de Poligny à Crotenay - avant projet - profils en travers types - 25 février 1890
(ci-dessous) Lignes de Champagnole à Poligny ou à Arbois - étude sommaire - extrait de carte au 1/50000eme - 5 juillet 1902
Tous droits réservés Le second - en 1902 - reprenait l'idée générale du tracé de 1890, passant au dessus de Miéry, mais avec des variantes : il aurait été placé plus en hauteur, permettant de se rapprocher de Plasne et de déboucher sur le plateau directement à Bougelier (abandonnant la boucle derrière l'Ecouvette). Il aurait ensuite suivi les routes jusqu'au Fied, d'où il serait parti en déviation à gauche pour rejoindre la route de Picarreau à Besain. Il aurait suivi celle-ci en accotement et par 2 petites déviations, jusqu'à Besain. De Besain à Montrond, le tracé aurait été en déviation. Par une boucle au nord de Montrond, il se serait raccordé à la ligne - en projet également - arrivant d'Arbois, au niveau du carrefour des routes de Poligny et Arbois. Le tracé aurait ensuite traversé le haut de Montrond sur la chaussée (route nationale 5), puis suivi la route jusqu'à Champagnole, tantôt sur chaussée, tantôt en déviation parallèle, avec des déviations à la sortie de Montrond, au nord d'Ardon et à l'entrée de Champagnole. [ plan du dernier tronçon ]
Ce tracé aura la préférence des communes et du Conseil Général.

Harmoniser l'ensemble :

Dans cette période, les projets en tous genres vont "bon train", et on essaye de concilier les uns et les autres, de les relier entre eux, de les mettre en continuité.

Le 13 mai 1901 est constitué un comité d'initiative pour le projet de tramway Nozeroy-Chaussin par Champagnole et Poligny. Il sera question plus tard d'une ligne Frasne - Chaussin.
Toujours en 1901, un projet de ligne reliant Arbois aux Frêtes, par Montrond, voit le jour (Le lieu-dit "les Frêtes" se trouve dans le Doubs, à la sortie de la vallée du Drugeon, au croisement de la route de Pontarlier à Mouthe, sur laquelle circule déjà le tacot du PM). Il était même question d'aller jusqu'aux Hôpitaux-Neufs !

Le 8 octobre 1907, le Conseil Général prend en compte les projets de lignes Poligny - Champagnole, Arbois - Montrond. Par ailleurs la compagnie CFV (qui exploite le réseau métrique jurassien) se dit intéressée par la concession de ces lignes à partir du moment où la recette des lignes existantes sera suffisante.
En décembre 1907, les subventions définitives sont votées pour les communes de Ladoye, Montrond, Le Fied, Tourmont, Frontenay, Fay-en-Montagne, Château-Chalon, Menetru le vignoble, Blois, Molain, Miéry, la Marre, Besain, Barretaine, Plasne, Vannoz, Picarreau, Poligny, Ardon, Champagnole.

(ci-dessous) Archives départementales du Jura; cote SP 3691 - Plan général au 1/50.000 - 02/08/1909
Tous droits réservés En 1908, il est demandé l'étude d'une ligne reliant Poligny à Bersaillin, où se ferait la jonction avec la ligne en projet de Lons-le-Saunier à Mont-sous-Vaudrey (qui se détache de celle de Pierre-de-Bresse – en projet – à Saint-Germain-les-Arlay).

Rebondissement :

Le 21 septembre 1911, le Conseil Général demande à nouveau la mise à l'étude d'une ligne d'intérêt général de Poligny à Champagnole mais à la Compagnie PLM. Celle-ci présentera une étude sommaire (29 km, dépense de 10 millions non compris le remaniement de la gare de Poligny et de Champagnole) presque conforme au projet d'intérêt local présenté en 1900 (par Buvilly).
Dans un rapport, l'ingénieur en chef estime que cette ligne est d'intérêt local, et le tracé retenu par la Cie PLM ne peut satisfaire, puisqu'il est identique à celui de 1900 qui n'avait pas été retenu en 1902, au profit du tracé par Miéry-Plasne.

Epilogue :

D'hésitations en contradictions, on finit par arriver au seuil de la première guerre qui mit un terme à presque tous ces élans de créations ferroviaires. La liaison Poligny-Champagnole ne vit jamais le jour !

Crédits

Recherches (sur le terrain, aux archives) : Stéphane Vercez
Photos : Stéphane Vercez
Retouches photos pour le web : Stéphane Vercez
Mise en page : Stéphane Vercez
Tous droits réservés.
Les documents présentés sur ces pages sont publiés sous licence avec le conseil général du Jura (juin 2013/février 2015)
Il est strictement interdit de les reproduire et de les utiliser en dehors du présent site web, de quelque façon que ce soit.